Discours d'introduction par S.E. Ganteng Tulku Rinpoche

 

You are missing some Flash video content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

 CONFERENCE D’OUVERTURE

 

DU SHEDRA LONGCHEM RABJAM

 

15 Oct. 2010

 

[Prière d’ouverture (Manjushri).]

0:58

Nous allons maintenant nous engager à écouter le Dharma dans le but de libérer les êtres de l’océan de la souffrance, de l’océan du samsara avec la motivation pure de les établir au même niveau que le Bouddha lui-même. Avec cette motivation nous allons maintenant écouter le profond Dharma, les profonds enseignements.

2:08 

Dans ce kalpa fortuné, parmi les 1002 Bouddha qui se manifesterons, nous sommes dans la période du 4ème Bouddha, le Bouddha Sakyamouni, qui a effectué les accumulations et purifié ses obscurcissements pendant d’indénombrables kalpas grâce à la bodhicitta.  Après quoi il a atteint l’éveil à Bodhgaya puis a exposé le Dharma en tournant les 3 roues du Dharma.

3:40 

Nous pouvons aussi  évoquer les 3 roues du Dharma selon un point de vue différent : en les divisant en 9 yanas (véhicules). Si nous parlons des 9 yanas, nous pouvons aussi parler de 3 ensembles de 3 yanas. Donc premièrement nous avons les 3 yanas inférieurs dit « du rappel de la renonciation ». Deuxièmement nous avons les yanas des moyens habiles, les 3 yogas externes et enfin nous avons les 3 yanas secrets des 3 plus hauts yogas. Ce qui fait 9 yanas.

 

 

4:46

 

Que nous parlions de 9 véhicules ou de [3] tours de roue du Dharma, nous ne parlons que du Dharma. Qu’est-ce que vraiment le Dharma ? Le Dharma est le moyen, l’antidote qui permet de transformer les non-vertus des corps, parole et esprit en vertus des Corps, Parole et Esprit. C’est cela le Dharma.

 

 

6:26

 

Dans ce monde, il y a de nombreuses traditions, de nombreuses religions, il y a des milliers de traditions différentes. Celle dont nous parlons ici est le bouddhisme. Si nous parlons à propos de l’essence du bouddhisme, nous pouvons évoquer deux yanas : premièrement il y a [Rimpoché avait dit : Theravada, le traducteur a dit, lui, l’Hinayana, mais Rimpoché l’a interrompu].

Premièrement nous disions : le Theravada. L’essence de ce véhicule est d’éviter de nuire aux êtres d’essayer de ne pas leur être nocifs autant qu’il est possible de le faire. Le deuxième yana est le Mahayana, le grand véhicule. Dans celui-ci, il s’agit non seulement de ne pas nuire aux êtres, mais aussi d’utiliser la puissance de l’esprit afin d’essayer d’aider les êtres, autant que nous le pouvons et au maximum de nos capacités.

 

 

8:09

 

Donc, ce dont nous parlons c’est de ces 2 yanas. Dans ces 2 yanas, ce qui est véritablement important est d’écouter, de contempler et de méditer. Premièrement, si nous n’avons pas écouté les enseignements, nous ne savons pas ce qui est à abandonner et ce qui est à cultiver. Nous ne savons pas ce qu’est le Dharma, nous ne savons pas quel type de bénéfice peut nous apporter le Dharma et nous ne savons pas non plus quel fruit il peut engendrer. Afin d’éviter cela nous devons écouter. Nous devons étudier.

 

 

9:17

 

De nos jours, en ces temps, il n’est pas suffisant de se contenter de penser seulement au Dharma. Nous avons aussi besoin de savoir ce qu’il en retourne, nous avons besoin d’investiguer la situation dans laquelle nous sommes. Tout particulièrement maintenant, alors que nous allons nous impliquer dans un programme d’étude. Nous sommes juste sur le point de commencer le programme du shedra : les études bouddhistes. 

 

 

9:46

 

Le Nom de ce cycle d’étude, le nom du shedra, sera : Le shedra de « Longchen Rabjam »;

 

 

10:28

 

Ce shedra que nous sommes sur le point de commencer, va être différent contrairement à ce que nous pourrions trouver… il va être différent d’un style plus ancien d’enseignement, si nous devions préciser son fonctionnement. Nous avons, en effet un temple et de nombreux moines, nonnes assises dans un lieu, engagés dans l’étude et la contemplation. Maintenant cependant, nous sommes dans des temps nouveaux, nous allons donc entrer dans de nouvelles traditions. Nous allons créer une nouvelle façon d’étudier, un tout nouveau type de shedra.

 

 

 

11:30

 

Pourquoi devons nous établir cette nouvelle tradition, ce nouveau style de shedra ? Parce que les temps ont changé et que l’esprit des gens, leur façon de penser et leur façon de vivre ont changé. Ainsi, afin de leur être bénéfique, en nous basant sur la tradition ancienne, nous allons essayer d’adapter le programme du shedra classique à ces nouveaux bénéficiaires.

 

12:49

 

Nous avons de nouveaux outils, de nouvelles technologies, des ordinateurs dont nous savons bien nous servir. Ces nouvelles technologies se sont  répandues. Dans le futur, Gangteng Gompa sera le point central duquel seront envoyés ces enseignements à travers le monde entier grâce à l’informatique et par le biais d’internet. De ce fait, des personnes du monde entier pourront en bénéficier et ainsi  apprendre et étudier.

 

 

14:11

 

Les gens ont des ordinateurs et des portables à leur bureau, dans leur maison, ou que vous alliez, vous avez accès à un ordinateur. Les gens les utilisent régulièrement. Si vous souhaitez étudier vous pouvez même emmener votre ordinateur portable aux toilettes ! Vous pouvez l’utiliser dans votre cuisine, sur votre lieu de travail, à la maison, vous pouvez l’emmener dans la montagne. Si vous voulez étudier vous pourrez toujours le faire grâce à cette technologie. Alors merci à elle car maintenant elle nous permet de répandre ces enseignements sur l’ensemble de la planète. Les bénéfices vont en être vraiment énormes, vraiment extraordinaires !

 

 

15:17

 

Ce shedra-en-ligne, “Longchen Rabjam,", nous le commençons aujourd’hui. Nous sommes en train d’essayer d’entrer en connexion avec tous ceux qui se sont inscrits, pour tous ceux d’entre-vous qui se sont inscrits dans ce shedra : c’est maintenant que cela commence.

 

 

17:02

 

Quel est l’avantage du shedra, l’intérêt d’étudier dans ce shedra ? En ce moment, nous vivons dans une nouvelle époque, et les gens aussi sont différents. Actuellement, l’économie et les technologies progressent vraiment très rapidement. Les choses évoluent très vite et sont de plus en plus sophistiquées. Les appareils-photos, ordinateurs et technologies d’aujourd’hui seront obsolète demain, les nouveaux gadgets de cette année seront dépassés l’année prochaine. Tout progresse tellement vite. Par conséquent, à cause de cela, les personnes deviennent parfois distraites et perturbées. Certaines personnes deviennent vraiment malheureuses, et même folles. Afin de remédier à cela, nous essayons de ranimer la tradition, de raviver le Dharma qui tend à être dégénéré ces temps-ci. C’est ce que nous essayons de faire avec ce programme en ligne.

 

 

19:35

 

A cause des conditions extérieures, de ce qui arrive dans le monde, les émotions intimes des gens, telle que le désir et la colère, deviennent de plus en plus fortes, sont de plus en plus importantes. Par exemple, les personnes qui ont de l’argent en veulent encore plus, elles ne sont jamais satisfaites. Peu importe que vous possédiez déjà la beauté physique, vous essayez de mettre encore plus de maquillage afin de devenir encore plus beau/belle, jamais satisfait(e). C’est parce que nous ne connaissons pas de limites que nos attentes sont de plus en plus fortes, et deviennent donc nos problèmes. Les gens ne dorment plus maintenant à cause de leurs problèmes, parfois ils ne mangent plus, et très souvent ils deviennent vraiment malades, toutes sortes de maladies apparaissent, donc nous avons besoin de trouver une méthode pour remédier à cela, nous devons trouver un moyen de trouver la paix, d’obtenir une certaine forme de bonheur.

 

 

22:09

 

Ce dont nous sommes en train de parler, ce sont les méthodes qui sont supposées nous apporter la flexibilité de l’esprit, une certaine forme de paix de l’esprit, de bonheur. Il y a de nombreuses méthodes à travers le monde, de nombreuses traditions différentes. Ce dont nous parlons ici est le bouddhisme, les enseignements que le Bouddha a donnés. A l’intérieur du bouddhisme, nous avons également de nombreuses voies différentes : vous pouvez intégrer un shedra, vous pouvez pratiquer les enseignements du Bouddha avec diligence, vous pouvez prendre les vœux de moine ou devenir nonne, vivre dans un monastère, avoir des vœux, c’est ok, c’est très bien. Mais si vous ne pouvez pas faire ça, le Bouddha nous  a également donné de nombreuses autres méthodes adaptées à différentes sortes de personnes, quelles qu’elles soient, que vous soyez un homme ou une femme, un moine ou une nonne pleinement ordonnée, un méditant, un ngakpa, un étudiant, ou une personne ordinaire : le Bouddha a enseigné des méthodes pour vous afin d’atteindre cette paix et ce bonheur de l’esprit.

 

25:12

 

Le Bouddha a donné des enseignements qui conviennent à chacun d’entre nous, peu importe que vous soyez un homme ou une femme, peu importe de quelle origine familiale vous veniez, cela n’a pas d’importance. L’idée principale que nous avons ici, lorsque nous débutons le shédra, est l’écoute ou l’apprentissage, et la contemplation. Et l’apprentissage et la contemplation ne consiste pas à simplement faire ce que le Bouddha a dit, juste parce que nous croyons en cela, ne pas seulement faire 100% de ce que le Bouddha a dit sans aucun questionnement. Ce qui est vraiment, vraiment important est que nous devons toujours vérifier par nous-mêmes : est-ce que ces enseignements sont bons ou mauvais ? Apportent-ils un quelconque bénéfice ou pas ? S’accordent-ils, sont-ils en harmonie avec la situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement, peut-on vraiment les utiliser ? Donc, nous avons vraiment besoin d’analyser, de questionner l’esprit. Il y a une citation qui dit que le Bouddha comparait son enseignement à de l’or. Afin de déterminer la pureté de l’or, nous le brûlons, le frappons, le coupons ; c’est la même chose avec les enseignements du Bouddha : nous avons vraiment besoin de les analyser, de vérifier s’ils font sens ou pas, ne pas juste les accepter en raison de notre dévotion au Bouddha. L’analyse est vraiment cruciale, il ne faut pas se contenter de suivre aveuglément.   

 

27:32

 

Nous ne croyons pas aveuglément à ce que le Bouddha a dit. Et, en termes de croyances, de foi, nous rencontrons différentes sortes de foi. Il y a la foi qui consiste à être juste inspiré(e), il y a la foi où l’on souhaite atteindre ce dont en quoi nous croyons, et il y a la foi irrésistible. C’est le type de foi que nous avons lorsque nous savons pourquoi nous avons la foi, c’est la foi où nous connaissons les qualités de l’objet dans lequel nous avons placé notre foi. Une telle foi nous conduira à une foi avisée. Ces temps-ci, les gens voient parfois quelque chose de très inspirant, et disent « c’est vraiment incroyable, je me sens tellement inspiré(e), je ressens vraiment un chamboulement », et après parfois, ils oublient. C’est vraiment stupide. Ce n’est pas le genre de foi que nous sommes supposés développer. Parmi ces deux, la foi intelligente et la foi stupide, bien sûr ce que nous avons besoin de développer est la foi avisée, la foi qui connaît la raison.

 

31:33

 

Ici, nous parlons de l’étude et de la contemplation, et nous savons qu’à l’intérieur de la tradition bouddhiste, nous avons une incroyable collection de textes, de textes philosophiques et de doctrines, tant  différentes choses à étudier. Nous avons des textes qui concernent la connaissance et nous avons aussi des textes qui traitent de la pratique, l’application de la connaissance.  Quel que soit le type de texte que nous étudions, nous ne devrions jamais oublier d’analyser cela de manière intellectuelle, toujours vérifier si ces choses ont un sens, ou non ..… Lorsque nous analysons, lorsque nous parlons d’études bouddhistes, nous voyons que le bouddhisme a de nombreuses doctrines philosophiques et de nombreuses vues…etc, il y a tant à étudier. Mais lorsque les bouddhistes commencent à parler de l’esprit, alors les choses deviennent vraiment très profondes et infiniment vastes. C’est une étude sans fin. Lorsqu’on commence à débattre de la nature de l’esprit, et analyser la façon dont l’esprit est vraiment, c’est réellement un vaste, vaste sujet.  Lorsque nous parlons de la technologie, et des sciences actuelles, c’est quelque chose d’incroyable et de vaste. Ce sont des choses que nous pourrions étudier sans cesse. Mais si nous comparons les 2, l’étude de l’esprit telle que les bouddhistes la font et l’étude des sciences, l’étude de l’esprit proposée parle bouddhisme est réellement plus profonde et encore plus complexe.

 

 

34 : 18

Nous avons ces deux traditions : l’étude scientifique du monde externe et la science interne de l’esprit. Et ces deux traditions peuvent très bien fonctionner ensemble. Elles peuvent se corriger l’un l’autre. Nous pensons qu’aujourd’hui de nombreux scientifiques tirent bénéfice à regarder comment les bouddhistes analysent l’esprit et comment les logiciens bouddhistes analysent la façon dont les choses sont et fonctionnent. Ceci aide de nombreux scientifiques aujourd’hui. Donc ces deux traditions peuvent s’apporter mutuellement, s’aider mutuellement ; ceci est possible.

 

35 :26

 

Le programme du shedra est supposé être un programme en 8 ans, et jusqu’à présent nous avons décidé des thèmes et de la programmation pour les 5 premières années ; ainsi que de l’ensemble des textes que nous allons étudier et discuter en 1er, 2 eme, 3 eme, 4 eme et 5 eme année. Généralement un shedra a un programme en 8 ans.

 

36 : 08

 

Nous étudierons le « véhicule des caractéristiques », et nous étudierons aussi le « véhicule du vajrayana » ; et nous aurons ainsi les grandes lignes des principaux thèmes, des principales matières. Quelquefois nous aurons aussi des examens vérifiant les connaissances.

 

36 : 47

 

A la fin des 8 ans, nous aurons complètement terminé l’étude, la contemplation et la méditation sur les sutras et les tantras. Et si vous finissez le programme, vous obtiendrez un certain certificat l’attestant.

 

37 : 13

 

Nous sommes actuellement en train de discuter avec différentes universités, de manière à ce que ce certificat, ce diplôme, ait une valeur contemporaine reconnue. Nous voulons faire ce lien avec les universités occidentales.

 

37 : 30

 

Nous sommes en train de discuter à ce propos avec celles-ci. Nous essayons d’aboutir à un accord.

 

 

37 : 40

 

La personne principale qui peut vous en parler est Karl Gross. Vous pouvez le contacter et le questionner.

 

 

38 : 10

 

Karl est réellement une personne particulière, il est aussi bien américain qu’européen ; il connaît différentes langues et de nombreuses traditions. Il a de l’expérience dans le « bouddhadharma » qu’il a étudié de nombreuses années.

 

 

39 : 20

 

Nos enseignants, qui nous enseignerons tous les sujets, seront deux khenpos, qui sont ici dans le shedra (de Ganteng Gompa)  : Khenpo Tandrin Situp  et  Khenpo Karma Wangyal. Ces deux khenpos sont réellement habiles, bien formés et très savants ; mais ils ont aussi pratiqué et donc ils ont ces deux qualités (éducation et pratique). Ces deux khenpos seront nos principaux enseignants durant la totalité du shedra. Et aussi, dans le programme, quelquefois nous demanderons à des intervenants ponctuels (lamas et universitaires) de donner des enseignements complémentaires.

 

 

40 : 40

 

Andreas : Rimpoché a dit que la plupart des lamas et des khenpos ne connaissent pas les langues occidentales ou, chinoises ; aussi c’est moi, Andréas, qui traduirait pour vous en anglais ce qu’ils vous disent. Rimpoché m’a invité ici  de Pologne pour faire les traductions. Je vais rester ici pour quelques années (et je vais essayer d’améliorer les traductions le plus possible).

 

 

41 : 47

 

Les personnes qui mettent en œuvre la technique ici à Thimphu pour le shedra –aujourd’hui nous sommes exceptionnellement à Ganteng Gompa pour l’ouverture-   ces personnes qui mettent en œuvre ce shedra qui fonctionnera à Thimphu pour plusieurs mois, sont  Loppön Namgyal et son ami Yeshe Tshewang ; ils en sont les managers. Nous avons aussi Chris, qui est derrière la camera et qui filme tout. Chris nous aide donc avec la camera, mais aussi tous les aspects techniques. Il est australien, et nous lui sommes très reconnaissants.

 

 

42 : 35

 

C’est presque tout, ceci était une présentation générale. Nous essayerons d’améliorer le shedra aussi bien que possible, et nous essayerons aussi que celui-ci bénéficie autant que possible à tous les participants. Toute personne intéressée par le shedra devrait regarder cette vidéo introductive, et garder en tête sa propre situation ; et si vous voulez vous engager dans ceci, si vous voulez étudier et contempler, vous pouvez vous inscrire dans le programme du shedra. Vous pouvez faire cela en contactant Karl *, qui diffuse régulièrement des mails à tous, et ainsi vous pourrez avoir une information actualisée.

 

 

44 : 03

 

Le premier enseignement qui va avoir lieu va être donné par Khenpo Tandrin, et portera sur le soutra «  Se souvenir des trois Joyaux » ; il enseignera aussi le commentaire de Mipham Rimpoché, un texte intitulé « Le doux et auspicieux son » ; ceci est son commentaire du soutra «  Se souvenir des trois Joyaux » .Ce soutra porte sur ce qu’est réellement le Bouddha, ce qu’est réellement le Dharma, sur ce qu’est réellement la sangha.

 

 

* si vous faites partie du groupe des francophones merci d’adresser vos demandes au coordinateur français : edith.bermann@yahoo.fr

45 : 02

Rimpoché  souhaite la « bienvenue » à tous ceux déjà inscrits dans le shedra, et leur souhaite à tous « bonne chance ». Rimpoché termine en disant : welcome, hello, et Tashi Delek et meilleurs vœux à tous ceux déjà inscrits dans le shedra. Rimpoché salue aussi les Bhoutanais.

Ceci était donc une introduction générale de Rimpoché, et d’autres interventions et enseignements de Rimpoché seront aussi mis en ligne progressivement.

 

[Prière de dédicaces et de fin. ]